L’Université Ben Gourion honore la présidente de la Commission européenne

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, en visite en Israël, a reçu ce mardi 14 juin 2022 le titre de ‘docteur honoris causa’ de l’Université Ben Gourion, dans le Néguev. La cérémonie s’est déroulée dans le campus de la famille Marcus, à Beershéva.  

En lui décernant cette distinction, la direction de l’établissement a tenu à saluer son esprit de leadership et sa contribution à la sécurité et à la justice sociale de l’Allemagne, ses efforts en faveur des droits des femmes, des jeunes et des enfants, sa lutte contre l’antisémitisme et son engagement à renforcer les liens avec l’État d’Israël.

Avant d’assumer cette présidence, Ursula von der Leyen a occupé une série de postes ministériels importants en Allemagne. Elle a été notamment ministre fédérale de la Défense, ministre fédérale du Travail et des Affaires sociales et ministre fédérale de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse. Le Dr von der Leyen, citoyenne allemande et gynécologue de formation, est la première femme à occuper le poste de présidente de la Commission européenne.  

Dans son discours, Mme von der Leyen a dénoncé notamment l’intervention militaire russe en Ukraine. Concernant son prix, elle a déclaré : « Le fait que ce doctorat honorifique me soit décerné par cette institution distinguée, l’Université Ben Gourion du Néguev, a une signification particulière pour moi. Je suis une femme européenne de nationalité allemande. Il n’y a pas plus de 80 ans, des millions de membres du peuple juif ont été assassinés par des Allemands, dans le crime le plus terrible de l’histoire de l’humanité. En Allemagne, nous acceptons la responsabilité historique constante de ces atteintes inhumaines à la civilisation. C’est une tache indélébile sur la conscience de mon pays, et nous ne devons jamais l’oublier, et nous n’oublierons jamais ».  

Elle a poursuivi : « C’est donc une sorte de miracle qu’une Allemande comme moi soit accueillie ici avec dignité, dans l’État d’Israël, comme une amie entre amis, quelques générations seulement après l’Holocauste. Mais ce n’est pas un miracle. Ma présence ici est le résultat d’un choix fait par le gouvernement israélien, et d’abord et avant tout par une seule personne : le grand Ben Gourion. C’est lui qui a fait le premier pas, historique, vers la réconciliation avec les Allemands… ». (Source : site de l’université Ben Gourion)