25 Tamouz 1975 : un réfrigérateur piégé explose au centre de Jérusalem

On oublie trop vite certains événements tragiques ayant marqué d’une trace indélébile l’histoire du jeune Etat d’Israël qui devait faire face constamment à des actes terroristes semant cruellement et aveuglément la mort au sein de la population juive du pays.  

L’un d’entre eux est l’attentat de Kikar Tsion, la place Sion, en plein centre de Jérusalem. Le vendredi 25 Tamouz 5735, 4 juillet 1975, une bombe placée dans un réfrigérateur explosait, faisant de nombreuses victimes. Cette action meurtrière a été revendiquée par le Fatah*.

Ce matin-là, vers 9 heures 30, un terroriste palestinien a apporté un réfrigérateur sur la place Sion. Des civils ont immédiatement trouvé sa présence suspecte mais lorsqu’ils ont ouvert la porte de l’appareil, ils n’ont rien trouvé à l’intérieur car l’engin piégé avait été placé dans ses parois. Les autorités ont été averties mais avant qu’elles ne puissent intervenir, une terrible explosion s’est produite, vers 10 heures, tuant 15 personnes et en blessant 60 autres.

En souvenir des victimes de cet attentat, une cérémonie commémorative a lieu chaque année avec les familles endeuillées.

Parmi les 60 blessés se trouvait Hanan Avital, qui venait de terminer son service militaire. Il est resté plus d’un an alité à l’hôpital et l’un de ses visiteurs n’était autre que le célèbre artiste Shlomo Carlebach, surnommé le ‘rabbin à la guitare’,  qui était un ami de longue date. Après sa convalescence, Avital a décidé d’organiser un festival musical pour les enfants, qui s’est tenu au Binyanei Haouma, à Jérusalem. Il a par la suite créé la chorale ‘Pirh’ei Yeroushalayim’, devenue un groupe connu et très sollicité jusqu’à nos jours.

*Fatah : mouvement terroriste créé le 10 octobre 1959 au Koweït par Yasser Arafat, chef de l’OLP. Ce dernier appelait à ‘libérer tout le territoire palestinien de l’entité sioniste’. Etabli à Gaza au début des années 1960, le Fatah a commencé à lancer ses opérations meurtrières contre Israël à partir de 1965, c’est-à-dire, notons-le, avant la guerre des Six Jours.